Les mercredis de l'impro

Vous voulez continuer à danser ? Contactez-nous pour connaître nos Propositions en studio et in situ ;-)

Charte de bonnes pratiques
charte de bonnes pratiques.pdf
Document Adobe Acrobat 189.5 KB
Propulsé par HelloAsso

Toucher l’état de grâce, quoi qu’est-ce ?

par Astrid Giorgetta

 

 

Je préfère parler d’état de grâce plutôt que de transcendance même s’il y a le mot dance et même si c’est le mot le plus exact pour définir cet état où j’ai la sensation de quitter un espace rationnel, me situer dans un espace au-delà de mes limites d’être humain.

 

Pour moi toucher l’état de grâce c’est faire l’expérience de l’unité corps-esprit, c’est aussi un peu comme dans le film « Lucie » de Luc Besson quand les atomes qui me constituent se mêlent aux atomes de la pièce, fusion-disparition de la matière pour rejoindre le grand tout.

 

Un petit rappel des symptômes : une présence à soi jusque dans les moindres cellules avec une sensation d’expansion, le sentiment de baigner dans l’espace, de ne plus avoir de limite, l’impression que le temps s’arrête, de ne faire qu’un avec l’univers, avec l’autre, avec le groupe, tout dépend de la situation. Et parfois même je vois des étoiles multicolores !

 

 

Ah ah intéressant n’est-ce pas ? Mais quand cela se produit-il ? y a-t-il besoin de substances psychotropes ? d’avoir couru un marathon ? de lever les bras pendant 60minutes en criant « har » ? Il y a certainement plusieurs moyens d’y arriver selon les personnes, les moments et je me garderai bien d’y mettre un classement. Chez moi il y a plusieurs voies plus ou moins rapides d’accès :

 

 

La danse >> Pour moi la danse est l’expression ultime de la liberté de tout mon être. Improviser c’est aller là où me guident, pas mon mental ni juste mon corps, je dirais plus mon intuition, l’esprit et l’intelligence de mon corps qui dépassent mes limites physiques visibles. Quand j’atteins cet état de danse, je suis présente à moi, à l’autre, à l’espace et au temps et en même temps tout est fluide et évident, rien n’est calculé. Il n’y a plus de place pour l’égo, le jugement, la peur du regard. Je suis concentrée et excentrée à la fois, dans une écoute intérieure et extérieure, complètement ouverte, portée par une grande joie, une sorte d’extase du mouvement. On parle de danse extatique, de transe, de communion, de liesse avec le groupe, je parle aussi de danse libre, d’improvisation et de composition instantanée. Je peux aussi toucher cet état dans un mouvement écrit, dans un cadre où je vais déployer la beauté de mon être, dans l’interprétation. Cela peut être dans l’extrême lenteur et dans l’infiniment petit. Je me laisse parcourir et vibrer d’une énergie qui me traverse, me transporte, me transcende. Après ces moments mon visage et tout mon être se sont transformés. Cela se ressent, cela se transmet aussi. La grâce est contagieuse.

 

 

L’amour >> Faire l’amour avec un partenaire que l’on aime (pléonasme ?) c’est s’abandonner, lâcher-prise et fusionner pour ne faire plus qu’un, qui pénètre qui ? Où est la limite des corps ? Nous flottons dans une bulle en mouvement, il n’y a plus de terre, il n’y a plus de ciel, il y a l’espace autour de nous et les étoiles que nous atteignons au firmament de notre plaisir dans une vague qui nous submerge et nous emporte loin de nos réalités. C’est aussi se lover contre son partenaire, l’enlacer, poser sa main sur son cœur, sur son visage, c’est l’embrasser, se perdre dans ses yeux, c’est cela aussi toucher l’état de grâce.

 

 

Le chant >> la voix qui résonne dans son corps, dans sa tête, dans son thorax, dans son ventre, c’est un massage que l’on se fait à soi, c’est un souffle de vie qu’on partage avec le monde. Chanter en groupe des mantras d’amour et de paix où se répondent l’écho et la profondeur des autres voix c’est s’unir dans les vibrations sonores, c’est s’honorer entre êtres humains.

 

 

La nature >> bien réducteur ce mot nature puisque que l’humain est nature, l’animal est nature et donc je pourrais m’arrêter là. Je voudrais parler ici de ma relation au règne végétal. J’aime faire le lien entre nos systèmes et les éléments, comparer notre système sanguin, lymphatique à la sève, notre respiration aux échanges de flux gazeux qui se produisent au niveau des feuilles, nos bras aux branches, nos pieds aux racines... J’aime surtout imaginer cette puissance de vie, cette conscience et cet amour qui nous relient. Nous sommes inter-dépendants et reliés dans une même matrice. Faire l’expérience d’écouter un arbre en posant son oreille, son torse, ses bras sur son tronc puis laisser venir ce qui nous semble juste à cet instant, des émotions, du mouvement. On peut facilement fusionner avec un arbre, selon son âge, sa taille, son histoire, il a tellement à raconter, à nous apporter. L’arbre est un partenaire de danse solide et doux à la fois, structurant et souple et surtout sensible.

 

 

Les animaux >> je suis devenue allergique aux animaux en partant de chez mes parents. Je n’ai pas tout de suite compris à quoi j’étais devenue allergique et surtout pourquoi ? Je me dis que c’est peut-être parce que je les aime trop et que je les respecte trop pour les avoir comme animaux domestiques ? Quand j’étais petite j’adorais notre chienne Mission qui est morte quand j’avais 4ans et demi. J’ai le souvenir d’avoir beaucoup et longtemps pleuré sa disparition. Puis nous avons eu une chatte pendant une vingtaine d’années et un de ses chatons que nous avons gardé. Aujourd’hui je peux à nouveau caresser* ces animaux et passer des heures à les regarder, à être avec eux, ils me fascinent et m’enchantent par leur présence, leur grâce, leur amour inconditionnel. (*en veillant à bien me laver les mains après).

 

Et aussi, tous ces instants de bonheur fulgurant que sont savourer un bon chocolat, sourire à un enfant, regarder un coucher de soleil, se baigner nue…

 

 

Et vous, comment allez-vous vers les étoiles ?